Les bonnes mauvaises herbes : Le tussilage

Aujourd’hui, on ne connaît même plus le nom du tussilage. On l’appelle « mauvaise herbe » parce qu’il s’invite sans gêne et prend toute la place dans la rocaille et toutes les vitamines dans le jardin.

Mais nos ancêtres seraient bien déçus de constater le peu de considération que nous avons aujourd’hui pour des plantes qui ont autrefois assuré leur survie.

C’est donc avec tout le respect qu’on leur doit qu’on vous présente quelques-unes des bonnes mauvaises herbes. En commençant par ce petit hommage au tussilage.

Le tussilago farfara

Vous n’aviez peut-être jamais vu son nom avant, mais pourtant vous voyez cette plante sauvage partout autour de vous. Le tussilage est très répandu en Amérique du Nord.

Il pousse dans les sols pauvres et instables, sur le bord des routes, dans les fossés parfois même à travers le gravier. Sa fleur jaune, qui apparaît avant le feuillage, est souvent confondue avec le pissenlit, tous les deux apparaissant presque à la même période de l’année, soit au début mai.

Ensuite, au début juin, les fleurs disparaissent, et les feuilles commencent. Elles vont rester tout l’été et atteindre une taille démesurée comparativement à la fleur. Comme fleurs et feuilles n’apparaissent pas en même temps, on a tendance à penser qu’il s’agit d’espèces distinctes.

Comment vous appelez-vous?

La quantité de noms donnés au tussilage fait foi du nombre d’utilisations qu’on a pu en faire dans le passé. D’abord, on sait que son appellation la mieux connue vient du latin tussis agere, qui veut dire chasser la toux, en raison de ses propriétés antitussives.

Puis on  lui connaît aussi le nom de pas-d’âne, à cause de sa feuille en forme de petit sabot. Il a aussi porté un autre nom  latin qui signifiait « le père avant le fils », dû au fait que sa fleur arrive ses feuilles.

Enfin, on l’appelle surtout taconnet en France et Coltsfoot en anglais.

Se débarrasser du tussilage

Si vous avez déjà essayé d’éliminer le tussilage de vos plates-bandes, vous vous êtes sûrement découragé des longs rhizomes qui sont impossibles à sortir complètement de la terre. Et vous avez bien raison de croire que vous n’arriverez pas complètement à vous en débarrasser, puisqu’en sectionnant le rhizome, il se multipliera en deux nouveaux rhizomes et vous aurez maintenant deux fois plus de tussilage.

Pour vous en débarrasser, il vaut mieux vous acharner sur le feuillage. À force de l’éliminer, vous affaiblirez la plante et elle pourrait « mourir temporairement ».

Un médicament naturel

S’il y a beaucoup de tussilage sur votre terrain, comptez-vous chanceux et récoltez-le. Cette plante est pleine de vertus! Autrefois, les enseignes des apothicaires étaient en forme de feuille de tussilage. Il est reconnu depuis des siècles pour ses propriétés médicinales. Et voici comment le consommer.

En infusion

C’est avant tout un antitussif et un expectorant qui a fait ses preuves. Et non seulement il calme la toux, mais on dit même qu’il la guérit. Il soulage aussi les maux de gorge et les maladies respiratoires comme l’asthme et la bronchite. Pour traiter les affections respiratoires et pour retirer un maximum de bénéfices du tussilage, il est préférable de le consommer en tisane. Il suffit simplement de faire sécher les feuilles et les fleurs de tussilage et de les laisser ensuite infuser dans de l’eau très chaude. On suggère 1 cuillère à thé dans 3/4 de tasse d’eau, de laisser infuser pendant 10 minutes et de répéter trois fois par jour.

En pansement

On peut aussi  poser des feuilles de tussilage sur des plaies, ou faire des cataplasmes pour des kystes ou des abcès. C’est un antibactérien naturel et il favorise la guérison. On le dit très bon pour la peau, avec des propriétés adoucissantes et émollientes. Il est  également reconnu comme étant un très bon anti-inflammatoire.

Dans votre assiette

La fleur et la tige du tussilage ont une saveur légèrement sucrée. Fraîches, elles peuvent être ajoutées dans une salade. Les jeunes feuilles sont aussi comestibles fraîches, mais les plus grandes feuilles par contre, plus coriaces, devront être cuites. On les retrouve souvent frites en beignets, ou coupées en lanières, cuites avec des pâtes. Vous pouvez aussi utiliser le tussilage dans une recette de pesto ou d’herbes salées.

La cendre du tussilage a aussi déjà été exploitée en gastronomie. En faisant brûler le feuillage, on obtient une cendre riche en chlorure de potassium, qui peut être utilisée comme substitut au sel.

En cigarettes?

Pourquoi pas! Les feuilles du tussilage sont aussi parfois consommées en cigarettes. On ne vous dit pas que ce soit le meilleur usage du tussilage. Mais certaines personnes disent avoir réussi à arrêter le tabac en remplaçant graduellement avec des cigarettes de tussilage. On dit que le goût de la combustion du tussilage est vanillé. Si vous avez envie d’essayer, il vous faire sécher des plans de feuilles de tussilage tête en bas.

Mise en garde

Le tussilage contient un puissant alcaloïde qui peut être néfaste à la longue. Il n’est pas recommandé d’en faire une utilisation sur une longue durée. De même, les enfants de moins de 6 ans, les femmes enceintes ou qui allaitent et les personnes qui ont des problèmes de foie ne devraient pas consommer le tussilage.

N’arrachez plus bêtement vos mauvaises herbes!

Commencez à faire des réserves des cadeaux de la nature! Récoltez ce qui vous entoure! L’été va passer vite. Pensez-y donc deux fois avant de jeter vos mauvaises herbes. Quand vous aurez une grosse grippe l’hiver prochain, vous serez sûrement bien content d’essayer une infusion de tussilage!

Si vraiment il n’y a pas de tussilage autour de chez-vous, Gaspésie Sauvage a pensé à vous!

Quelque chose à ajouter?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *