Ghost of Tsushima : histoire et trucs

Ça y est, j’ai terminé Ghost of Tsushima. C’était une grande aventure que je pense avoir aimée presqu’autant que celle de The Witcher 3. Ce n’est pas peu dire.

L’histoire de Ghost of Tsushima

Les Mongols tentent d’envahir le Japon. Malgré votre jeune âge et votre manque d’expérience, votre rang vous place aux premières loges de la bataille tentant de les repousser sur la plage.

Malheureusement, vous perdez. Il faudra maintenant les combattre partout sur l’île de Tsushima.

Pour y arriver, vous aurez l’aide des samouraïs, mais aussi d’une voleuse qui vous enseignera des techniques efficaces, mais moins honorables.

C’est une aide bien accueillie par Jin Sakai, votre personnage, mais moins bienvenue du côté de son oncle, un samouraï à l’honneur indéfectible.


À quoi ça ressemble?

Si vous voulez vous faire une idée de l’ambiance du jeu, disons que Ghost of Tsushima est un hybride entre The Witcher et Red Dead Redemption, avec des missions similaires aux postes de garde de Far Cry.


La meilleure mécanique de jeu de l’histoire du jeu vidéo

Une des plus grandes qualités de Ghost of Tsushima est d’avoir réussi à parfaitement intégrer tous les éléments du jeu.

Il n’y a pas, par exemple, d’immense quête secondaire visant à collectionner des objets dont vous ne vous servirez jamais. Tout est utile.

Vous honorez un sanctuaire juste pour voir les adorables petits renards et les caresser? Votre technique de combat s’améliore.

Vous visitez une source d’eau chaude? Votre santé maximale augmente.

Vous composez un haïku? Vous obtenez un couvre-chef.

Tout est utile, et parfois c’est drôle.


Toutes les techniques de combat sont utiles également.

Si, comme moi, vous avez l’habitude de choisir une arme ou une technique de combat et de vous en servir jusqu’à la fin, vous n’irez pas loin contre les Mongols. Il faut impérativement développer toutes les postures afin de pouvoir battre des ennemis de plus en plus fort.

Il faut aussi apprendre à changer de posture rapidement, mais ça, vous le pratiquerez en coupant du bambou!


À propos des postures et des points d’expérience

Chaque ennemi a sa faiblesse. Il faut donc développer toutes les postures rapidement. C’est d’ailleurs la première chose à faire et vous devriez développer les vents à la toute fin.

Je le répète, tout est utile, vous ferez tout et c’est ce qui en fait un jeu extrêmement riche.


La carte

L’île est divisée en trois régions qui donneront les trois actes de l’histoire. Étant donné que la première section sert également de tutoriel, elle se découvrira toute seule.

Pour les deux autres régions, toutefois, vous devrez vous promener un peu à cheval. Sinon, vous ne tomberez pas nécessairement sur tous les territoires mongols à libérer.

Dirigez-vous vers les secteurs brumeux de la carte. Vous y trouverez toutes sortes de beaux paysages.


Est-ce que mon choix changera la fin?

Sans vous dévoiler de punch, je tiens à vous dire que vous avez le droit d’utiliser les armes de fantôme. Parfois, il faut assassiner pour avoir des bonus et c’est correct. Ne vous réprimez pas et n’allez pas non plus vous spoiler sur internet.

Il y a effectivement deux fins, la bonne et la mauvaise, mais on ne la choisit qu’à la toute fin. Elle n’est pas subtile, le choix est évident, et ce choix a beaucoup plus à voir avec votre sentiment de samouraï qu’avec vos actions.

C’est tout ce que je dirai à propos de ça.


Quelques trucs pour bien s’en sortir

Provoquer

Provoquer l’ennemi fait remonter la détermination (et la capacité de se soigner). C’est pratique quand on est affaibli. Mais il faut réussir… Provoquer en duel est donc une bonne technique à améliorer.

Le kunaï aussi

Lancer les petits kunaï est très utile pour tuer discrètement plusieurs ennemis. Assurez-vous d’augmenter cette capacité rapidement.

Récupérez des plantes, des peaux et des matériaux

Ramasser des fleurs, du lin et du fer vous aidera peu à peu à améliorer votre équipement dans les villages.

Si vous tuez des ours et des sangliers, vous obtiendrez des peaux de prédateurs et le trappeur pourra améliorer votre carquois et la quantité d’armes de lancer que vous portez.

Esquivez les attaques rouges

Une amélioration donne l’impression que vous pourrez esquiver les attaques rouges. C’est faux. Quand votre ennemi a un voyant rouge, roulez pour l’esquiver.

Ne cherchez pas trop loin

Ça ne sert à rien de chercher des choses super bien cachées. Il n’y a pas vraiment d' »Easter eggs ». Les quêtes sont plutôt bien conçues et vous ne devriez jamais être totalement perdu.

À part pour ce qui est des bannières, qui sont toujours dans des lieux impossibles comme à mi-falaise, les choses sont généralement assez bien indiquées.

Si vous ne trouvez vraiment pas, vous faites probablement erreur. Regardez la carte et suivez le vent.

Utiliser les techniques de fantôme ou pas?

Comme je l’ai dit, ça a l’air contre-intuitif, mais vous pouvez utiliser et améliorer les techniques de fantôme. Ça ne change rien à votre relation avec votre oncle qui considèrera que vous les utilisez de toute façon.

Les renards, bains et autres points d’interrogation

Cherchez tous les petits avantages à mesure que le jeu avance. Ça vous aidera beaucoup à améliorer votre santé et d’autres habiletés.

Vous aurez aussi des récompenses après avoir tout terminé. Honorer tous les terriers, par exemple, vous donne un masque de loup. Terminer les phares vous donne un trophée. 

Changez de vêtements

Prenez le temps de regarder ce que chaque vêtement fait et de l’améliorer dans les villages. Ça vous sera utile. 

Le vêtement du voyageur, par exemple, est très utile quand vous voyagez parce qu’il fait vibrer la manette chaque fois que vous approchez d’un point d’intérêt. En combat, par contre, il n’est d’aucune utilité.

La voie du feu

C’est une quête plus difficile que les autres. Pour la réussir, passez par la droite de la montagne et cherchez des feux de camp où vous réchauffer.

(Et non, vous n’avez pas le temps de vous battre avec l’ours 😉 )

Se battre en duel

Pour gagner un duel, il n’y a pas 36 solutions. Il faut bloquer au bon moment avec L1 et frapper en riposte. C’est ce qui fait le plus de dommage.

Vous pouvez aussi utiliser les formes évoluées des postures en prenant soin d’utiliser la bonne posture que vous soyez contre un épéiste, une brute, un bouclier ou un pic.


Et c’est tout. J’espère que vous apprécierez ce petit chef d’oeuvre autant que moi.

C’est définitivement mon jeu de l’année.

Petit post scriptum absurde pour le Québec

Ça ne sert absolument à rien de vous dire ceci, mais il fallait que je le souligne quelque part, parce que ça m’a beaucoup fait rire.

Il y a énormément d’hallucinations auditives dans Ghost of Tsushima quand on est Québécois.

Les Mongols crient constamment « Hey toé! » et tout un tas d’autres choses. J’aimerais bien savoir ce qu’ils disent réellement, mais voici ce que moi, j’entends.

« Lâche ça, trou d’cul! »

Eh oui, j’ai 5 ans d’âge mental, veuillez m’excuser.

Pour le reste, attendez-vous à verser une larme de temps en temps. Les Japonais aiment bien nous faire pleurer. Les plus vieux se souviendront de Demetan.

Laisser un commentaire